2005, Sydney

8-9 juillet 2005, Sydney

Colloque « Congrès mondial »

Appel d'offres

De la Guerre et du Droit pendant la Révolution française (1789-1802)

On sait comment, à la fin du XVIIIème siècle, la Révolution française a marqué une étape déterminante dans l'évolution de la guerre entre états, dans la mutation des formes de la bataille, la tactique de combat et dans le mouvement de la pensée stratégique en relation avec les enjeux politiques et nationaux du temps. Mais les guerres révolutionnaires – et celles qu’on leur opposa – doivent aussi être appréciées en fonction des enjeux de forces, des choix plus ou moins subjectifs des acteurs et des débats intérieurs qui les ont précédées ou accompagnées à la suite de la proclamation par la «Révolution de France» du principe à portée universaliste du Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dont l’affaire d’Avignon puis la question des droits des princes allemands possessionnés en Alsace, allaient illustrer l’inévitable effet. De la Déclaration de paix au monde du 22 mai 1790 aux différentes déclarations de guerre ou entrées en guerre qui scandent la politique extérieure de la «France en révolution» et bientôt «révolutionnée» de 1792,  au Traité de Lunéville et à la Paix d'Amiens, un vaste chantier de travail et de réflexions demeure soumis à l'observation pertinente des historiens.

Au travers du thème général de «Guerre et Droit», ce sont également les problèmes de ‘frontières’ et d’espaces frontaliers, des échanges de toute nature qui en marquent l’histoire vécue, les questions du poids des armées sur les populations et les économies des états belligérants, des prélèvements opérés dans les pays occupés ou alliés  et soumis à contributions, les réactions, le cas échéant socialement et culturellement différentielles ou évolutives, des habitants des «Républiques sœurs» et des pays soumis, qui peuvent être abordés ou revisités.

Le thème envisagé, volontairement étendu, souhaite pouvoir réunir le plus grand nombre d’intervenants internationaux dans la mesure où il permet de marquer les spécificités en fonction des différentes aires et échelles territoriales et culturelles ou encore politiques, depuis le local jusqu'au national et au cosmopolitique, et plus encore d’aborder la question du droit des peuples et l’évolution subséquente du «droit des gens» affirmé antérieurement dans le siècle.

La politique nationale française de la décennie révolutionnaire comme celle des pays impliqués dans la guerre avec la France révolutionnaire, tout en provoquant le débat et le dialogue autour des concepts-clefs comme celui de «Grande Nation», celui d’universalité ou de souveraineté nationale (ou «populaire») ou encore celui de «légitimité historique» des souverainetés princières héritées de l’histoire, permettra à n'en pas douter de fructueux et féconds échanges entre spécialistes de l’histoire du droit et de l’histoire culturelle des relations internationales.

Nous vous invitons donc à nous proposer (écrire à pascaldupuy(at)hotmail.com ou Pascal.Dupuy(at)univ-rouen.fr et annamrao(at)unina.it ) le titre d’une communication à notre colloque d’Organisme international affilié du CISH, suivi d’un bref résumé afin que nous puissions répartir les interventions proposées sous des axes thématiques de manière à donner le maximum de cohérence à la rencontre projetée.

Contributions

Au cours de l’Assemblée générale du CISH d’Amsterdam les propositions de thèmes pour le prochain Congrès Internationale des Sciences Historiques ont été arrêtées et notre collègue Martyn Lyons a fait une présentation très détaillée de son organisation. Le XXème Congrès se tiendra à Sydney du 3 au 9 juillet 2005. On peut consulter la liste complète des thèmes majeurs, des thèmes spécialisés et des tables rondes dans le site web: www.cish.org et dans le bulletin d’information du CISH, numéro 28, Montréal 2002 (les commandes peuvent être adressées au trésorier du CISH, Monsieur le Professeur Pierre Ducrey, Université de Lausanne, Institut d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité, Faculté des Lettres, BSFH 2, CH-1015 Lausanne, Suisse, email: pierre.ducrey(at)iasa.unil.ch ). Un autre site Web est accessible comme outil de communication et d’information sur le Congrès de 2005: www.cishsydney2005.org.

Lors de l’Assemblée générale du CISH à Amsterdam la présidente de la Commission d’histoire de la révolution française a aussi proposé d’instaurer des liens plus étroits entre les travaux des Organismes affiliés et les travaux généraux du Congrès, d’autant plus que le thème proposé par la Commission internationale d’histoire de la Révolution française rentre dans le troisième des thèmes majeurs choisis par le CISH («Guerre, paix, société et ordre international dans l’histoire»): à savoir, le président de la Commission pourrait présenter au sein de la séance dédiée à ce thème majeur le rapport introductif ou les conclusions des séances de la même Commission. La proposition a été accueilli avec beaucoup d’intérêt par l’Assemblée.

On trouvera ci-après le texte de l’appel que le président et le secrétaire de la Commission ont déjà fait connaître à plusieurs chercheurs et institutions. On a déjà reçu plusieurs propositions de communications, de l’Italie, de l’Espagne, des Etats-Unis. Pour permettre au Bureau d’établir le programme définitif de nos journées d’études de Sydney (trois séances d’une demi journée), qui doit être communiqué au CISH en temps utile pour son insertion dans le programme générale, nous avons besoin de recevoir les propositions de communication, accompagnées d’un résumé de 1500-2000 signes, dans le délai du 30 septembre 2003.

Les textes provisoires des communications dont la proposition sera retenue par la Commission seront envoyés dans le délai du 30 septembre 2004.

last modified: 15.06.2015